Sans être aussi morose que les secteurs de la construction et du logement neuf qui, mois après mois, s’enfoncent dans la crise, celui des transactions dans l’ancien se stabilise à un niveau plutôt bas.

Selon les statistiques publiées par l’Insee et les notaires, jeudi 27 novembre, le nombre de transactions, à fin septembre, au cours des douze mois précédents, est estimé à 725 000, soit 5,4 % de plus qu’en 2013, mais loin du pic du troisième trimestre 2011 (830 000 ventes). Les prix poursuivent leur lente érosion, fléchissant en moyenne de 1 % en un an, mais de 1,7 % pour les appartements et de 0,4 % pour les maisons.

[continuer à lire]